Accéder au contenu principal

Donner la vie mais rester en vie !


Pour commencer, ne soyez pas effrayés par le titre, l'histoire finit bien, la preuve je suis là pour vous en parler !
Je suis une heureuse maman de jumelles de bientôt 2 ans et demi.
Depuis leur naissance, les filles n'ont jamais été séparées de leur papa et moi-même plus d'une journée. Elles n'ont jamais été confiées plus d'une journée à quelqu'un.
Alors là certains se disent : "mais ils sont fous" "ils sont trop fusionnels" "faut couper le cordon" ou alors "ils ont raison", "je suis pareille". Le propos n'est pas là, je n'écris pas aujourd'hui pour avoir vos avis ou vos conseils. Sans vouloir vous vexer, je n'en ai pas besoin à ce sujet.
J'écris aujourd'hui, plutôt pour moi, un peu égoïstement, pour extérioriser certaines choses et peut-être aider quelques personnes,  qui sait.

Bon ! Je ne sais pas trop par où commencer... Il y en aurait tellement à écrire... 
L'endométriose, le parcours PMA, la fausse couche, la grossesse... Mais ces autres étapes feront peut-être l'objet d'autres articles.
Tout ça pour vous dire que nos filles ne sont par arrivées par hasard dans nos vies. Aujourd'hui toutes ces étapes sont loin derrière mais elles font partie de notre histoire, de notre ciment familial. Ces quelques épreuves citées vous donnent déjà un petit aperçu du pourquoi on les garde "que pour nous" et que nous ne les faisons pas tellement garder en dehors des temps de crèche.
Mais j'ai réalisé il y a peu que c'était autre chose, quelque chose de plus profond.
En devenant Maman, j'ai frôlé la mort.
Sans rentrer dans des détails médicaux et pas franchement ragoûtants, j'ai eu de grosses complications tout de suite après mon accouchement. Mon pronostic vital a été engagé et j'ai dû subir une intervention chirurgicale assez lourde. J'en profite pour faire un clin d’œil aux donneurs de sang qui m'ont aussi sauvé la vie, j'ai épuisé le stock de B+ avec 4,5 L de sang transfusé (en gros on m'a tout renouvelé !). Donc MERCI !
Bon ! Finalement je meurs pas ! Pendant ce temps papa s'occupe des filles, donne les premiers biberons, fait les premiers soins... J'ai le droit à un petit coucou en salle de réveil mais je suis bien trop gazée pour en profiter. Et hop, les filles partent en néonat' avec papa, et moi direction le service de réa pour être sûre que je ne meurs pas encore !
D'ailleurs, un petit aparté : mais avec le recul j'ai pas bien compris pourquoi mettre les filles en néonat' alors qu'elles n'en avaient pas besoin. Pourquoi ne pas les avoir installées dans une chambre de la mat' avec leur papa ? Sûrement parce que la place des pères n'est finalement pas si claire..
Me voilà partie pour 72h dans ce service sombre, triste, bruyant sur mon lit à eau qui m’empêche de dormir. Parce qu'à l'hôpital on te dit que tu es là pour te reposer mais vas y toi pour te reposer sur un lit qui te donne le mal de mer, 3 perf dans chaque bras, une sonde urinaire et des Redons que tu savais même pas que ça existait un truc pareil !
De la souffrance physique il y en a eu, mais elle paraît tellement minime après cette séparation et cette souffrance d'une mère qui devrait découvrir ses enfants. 
Cette rencontre qui a été imaginée dans le bonheur et en famille et qui tourne à la peur pour tout le monde.
Je suis dans ma chambre à attendre qu'on me libère. Et pendant ce temps là tout le monde peut leur rendre visite et les découvrir, sauf MOI !
Les soignants viennent à mon chevet pour voir comment je vais, mais surtout pour se rassurer, ben ouais ils ont bien flippé eux aussi !
Puis mon gynéco passe me voir pour me dire qu'il va faire en sorte que je retrouve mes filles dans une chambre de la maternité, qu'elles ont besoin de moi et que j'ai besoin d'elles pour me remettre. ALLÉLUIA !
Fausse joie ! On ne m'attend pas avec mes filles et mon chéri dans une chambre ! On me fait encore poiroter et souffrir. Et on a le culot de me demander pourquoi je pleure...

Après 4 jours interminables je récupère enfin mes bébés. Je vous passe des tas de détails énervants et finalement pas très importants... Les équipes de soin, pour résumer, sont vraiment parfois maltraitantes et oublient que sur le lit une personne humaine se cache. Il y a aussi évidemment, et c'est ce que j'ai envie de retenir, des professionnels en or !

Bref on s'éloigne du sujet ! Revenons à nos moutons ! Donc cette séparation douloureuse, même si elle peut paraître courte pour certaines qui ont vécu la prématurité par exemple, fait partie des raisons pour lesquelles c'est difficile de laisser nos filles.

Mais j'ai compris récemment, je pense que cette prise de conscience n'avait pas encore eu lieu, que c'est le fait d'avoir failli mourir qui impacte sur cette relation.
Pas parce que j'ai peur de mourir, mais parce que j'ai réalisé qu'elles sont passées tout prêt du fait de ne pas avoir de maman, de ne pas connaître leur maman.
J'ai réalisé que leur vie aurait été totalement différente, qu'elles auraient obligatoirement souffert du manque d'une mère. Qu'elles auraient forcément été proches de ma belle-famille qui aurait aidé leur papa. Immanquablement, beaucoup moins proches de ma famille...
Et ça c'est douloureux pour moi. Avoir réalisé cela, me donne encore plus envie de nous enfermer dans notre petit cocon familial, de ne pas laisser une place trop importante à notre entourage puisque je suis là, nous sommes réunis touts les quatre !
J'ai envie que chacun ait sa juste place et surtout je veux assumer mon rôle de mère complètement puisque je suis bien vivante...




En écrivant cet article j'ai une pensée émue pour une amie partie depuis bientôt 7 ans en laissant sa petite fille de 2 ans et demi (Madeline).

Commentaires

  1. Ohlala je ne savais pas tt ça. . Ton parcours.. Et la suite d'accouchement qui vire au cauchemar �� je te comprend tout à fait pour tes filles et votre cocoon. .

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de lire ton billet et il me donne les larmes aux yeux...

    RépondreSupprimer
  3. Encore un point commun ! Je suis B+ aussi ! 😆 Ton histoire est touchante et pas si éloignée de la mienne. Personne n'a le droit de juger la relation que tu as choisi pour ta famille, moi même j'ai fait les mêmes choix. C'est peut être pour ça que je te comprends si bien. Sois égale à toi même. C'est pour ça que je t'aime.

    RépondreSupprimer
  4. Un billet très émouvant! Quel parcours! Je comprends tes choix. Nous aussi on ne fait garder nos boys par personne.. Mon mari car il a eu le manque de ses parents et à été élevé par ses grand-parents et moi car j'ai eu une relation fusionnelle avec ma mère :).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. J'espère que tu vas bien ❤

      Supprimer
  5. Maman de jumelle20 octobre 2017 à 12:44

    Suite à mon commentaire sur ta photo et à ta réponse je suis venue l’article ! J’en ai les larmes au yeux ! J’ai pas eu un accouchement génial cuillère pour la premier. Ventouse pour al deuxieme qui explose avec plein de sang partout puis cuillère ! Et j’ai aussi fini par une emoragie il m’on broyé le ventre mais par chance celle si c’est arrête je n’est pas perdu autant de sang ! J’ai du attendre plus de 2h avan de voir mes filles j’ai trouvé sa déjà tellement long donc j’ose pas imaginer ta souffrance ! Apres j’etait tellement dans les vap que je ne pouvais les prendre dans Mes bras mais Elle etait présente.
    Je doit dire que tu as eu énormément de courage et qu’il ai bien de réaliser que le pire es derrière et que tu es présente et que t’es filles on une maman ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton témoignage et ta lecture 😘

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le sevrage de la tétine ou la dépendance à la succion !

3 ans de vie, une rentrée des classes en septembre, des tétines qui nous ont sauvé bien des soirées, mais voilà : quand est-ce qu'on arrête et comment ?
Si vous fouinez un peu sur le net à ce sujet, vous trouverez de tout mais surtout des experts ayant des avis très divergents ! Entre la pédopsy qui dit de ne pas s'inquiéter car on n'a jamais vu d'ado avec une tétine, et qu'il n'y a pas de conséquences sur le langage et la dentition. Et la société canadienne de pédiatrie qui recommande de démarrer le sevrage dès 12 mois afin de limiter les conséquences sur le langage et la dentition... Et même les dentistes ne sont pas tous d'accord !
Bref ! Ça ne va pas nous aider tout ça ! Bon alors du coup on laisse tomber Google et on se fie à son ressenti de parent. Ça marche bien en général ça non ?!
Personnellement, ce qui m'a motivé c'est de constater que mes filles (de 3 ans) ont un vocabulaire très riche mais une articulation pas hyper élaborée ! En gros,…

Objectif : se remettre à flot !

Il paraît que les cordonniers sont les plus mal chaussés, expression validée ici ! Vous ne le savez peut-être pas mais je suis Conseillère en Economie Sociale et Familiale de formation. En gros, mon job c'est d'accompagner des personnes socialement avec une petite spécificité sur le BUDGET... Et là mon expression de départ prend tout son sens...
Pour l'anecdote, récemment, il m'est arrivé d'avoir un rappel EDF super méga élevé ! J'ai essayé de négocier pendant des heures par téléphone juste pour repousser la date de prélèvement d'une semaine et j'ai eu du mal... Alors que dans mon travail j'ai déjà fait annuler des dettes inimaginables ou fait débloquer des aides impensables... Bref ! Tout ça pour dire que je pense me débrouiller pas trop mal professionnellement mais alors quand il s'agit de notre budget, c'est une autre histoire.
Ce mois-ci est particulièrement sensible... Alors ni une ni deux je sors de mon sac ma solution miracle. J'…